Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Nez à nez avec le passé...ça y est on y est!!! Suite et fin pour Lenaïg

-"Il bouge plus!... Je crois que je l'ai tué.... Fais vite je t'en prie!"

Effectivement elle aurait certainement eu un oscar, elle glissa un coup d'oeil furtif vers lui, il leva les pouces pour lui certifier qu'elle avait bien rempli son rôle, elle raccrocha.

-"Elle arrive!"

Il hocha la tête, partit quelques secondes dans une des pièces jalonnant son couloir, revint aussitôt un pistolet à la main, Nadine eut un sursaut, était-ce vraiment la peine qu'elle en sache davantage? Voulait-elle faire partie de ce guet-apens? Plus très sûre que sa place soit là et pas ailleurs, serait-elle assez forte pour supporter ça? Une seconde pour se poser toutes ses questions et moins encore pour que Thomas lui réponde.

-"Prête pour le second acte?"

Oh que non ! Elle n'était absolument pas prête! L'est-on un jour? Elle tremblait comme une feuille prête à tomber sous l'insistance du vent, dans quel pétrin s'était-elle engouffrée, avec quel allant elle s'y était précipitée? Jamais en reste pour les trucs tordus, les coups de Jarnac, elle avait le don !!!

 

Thomas sentit qu'elle reculait, qu'elle allait tout faire capoter, qu'il ne fallait surtout pas qu'elle craque, pas maintenant en tout cas, après tant qu'elle voudrait, mais là tout de suite il avait besoin d'elle et ferait en sorte qu'elle tienne le coup.

Il passa son arme sous sa ceinture contre ses reins, et l'étreignit, elle tremblait de peur, plus pour la rassurer il lui glissa au creux de l'oreille.

-"T'inquiètes pas, j'ai pas l'intention de m'en servir! Je veux juste qu'elle n'oublie jamais cette nuit! Tu comprends?"

Il lui prit le visage entre ses mains, cherchait son regard, il fallait qu'elle le croit, il fallait qu'elle soit avec lui.

Des larmes se formaient sous ses paupières, son sourire avait fui comme son amitié pour Sophie mais elle n'en était pas encore à la détester assez, non vraiment elle n'avait pas l'esprit vengeur, la rancune aussi tenace que lui.

-"Tu ouvres la porte, tu la fais rentrer,  le reste j'en fais mon affaire! Ok?"

Ses larmes redoublaient, il les essuya avec ses pouces, sans le vouloir juste l'impulsion du moment il posa ses lèvres contre les siennes, elle se laissa envahir, submergée de toute part elle n'était plus à même de contrôler quoi que ce soit et encore moins ce besoin là! Le sentir si près, son odeur, ses mains fébriles, ses lèvres contre les siennes, perdre le peu de sens commun qu'il lui restait devenait une nécessité, qu'elle se trouve une excuse pour le mal qu'elle allait faire.

 

Ils devaient se faire violence pour se détacher, l'un comme l'autre avaient cette envie, cet élan que l'adrénaline exhaustait, pimentait dangeureusement.

-"On va...On va se calmer! ... Faut qu'on reste concentré!..."

Murmura-t-il.Le trouble était palpable, il recula pour mieux l'observer, puis revint à la charge, il avait enfin ce qu'il avait toujours voulu, Nadine était là entre ses bras, elle goûtait à ses baisers, les appréciait, en redemandait, elle lui appartenait enfin... Le moment n'était pas le mieux choisi certes, mais il y revenait avec plaisir. 

-"Faudrait déboutonner ton chemisier que tu aies l'air d'avoir lutté!"

Elle ne se fit pas prier, elle tira sur l'étoffe qui se déchira laissant apparaitre son soutien-gorge pigeonnant, elle ébouriffa sa chevelure, tira sur une des manches qui céda volontier, l'illusion ferait son petit effet !

Il n'eut pas le temps de la complimenter, la sonnette de l'entrée retentissait agressivement, branle-bas de combat, Nadine ne se posait plus la moindre question, plus le temps...

Il se glissa derrière la porte, sans même regarder au juda, Nadine ouvrit en grand la porte et tomba dans les bras de Sophie.

-"Rentre vite!!! Je l'ai tué! Il bouge plus!"

Elle hurlait et interprétait magnifiquement l'hystérie, Sophie n'eut pas le temps de penser, d'y regarder de trop près que déjà Nadine l'entrainait à l'intérieur.

 

La porte se refermait bruyamment, Sophie sursauta puis se tournant elle le vit adossé au mur. Elle eut un geste vers la poignée de la porte, Nadine la poussa violemment contre le mur, le bruit mat de sa masse contre le ciment, étourdie Sophie n'avait aucun mouvement, aucune volonté.

Thomas en profita pour la ceinturer , au moment de l'entrainer vers le salon elle commença à réaliser dans quel piège elle avait fonçé tête baissée.

-"Espèce de salope, tu m'as vendue! Tu vas pas l'emporter au paradis! Je vais te massacrer!"

La vipère crachait son venin, un temps très court où Nadine choquée par ce qu'elle venait de faire et aussi d'entendre puis très vite ressaisie, profita que Thomas la tenait encore pour lui asséner une bonne paire de giffles cinglantes, elle se fit mal en les donnant mais quel pied bon sang!!!

-"Toi! J'ai pas encore le mot pour te qualifier ma grande! Je crois qu'il n'en existe pas d'ailleurs! "

Fit Nadine en pointant son index sur le plexus de son adversaire.

Sophie lui cracha à la figure toujours retenue par Thomas qui semblait bien en peine d'ailleurs, prêt à lacher la furie, il fit un signe de tête à Nadine pour qu'elle se calme.

-"Qu'est-ce que tu crois? Que toute ta vie tu vas pouvoir faire ce que tu veux! Que tu auras toujours cette gueule dans dix ans? Tu crois qu'il va rester celui-là? Il fera comme les autres! Il s'enfuira en courant tellement t'es garçe!"

Sophie ivre de colère déversait son pus sur elle, la salissait de ses mots crus, vulgaires comme elle en fait!

Nadine la poussa sur le canapé, elle tomba mollement entrainant Thomas au bord du déséquilibre.

-"Va me chercher une corde, quelque chose pour l'attacher!"

Lui intima-t-il en grimaçant pas loin de la lâcher, elle prit ce qu'elle trouva à sa portée, du câble de téléphone qu'elle arracha du mur.

Les mains enfin libre, il se campa devant Sophie, Nadine fit le tour du canapé se mettant en retrait volontairement, ce réglement de compte ne la regardait en rien, elle s'était suffisament impliquée.

-"C'est dingue ça quand même!!! Il faut que tu te crois sacrèment forte pour te permettre de la traiter comme ça? T'es si forte que ça Sophie?"

Elle refusait de lui répondre, le regardant de biais comme l'on toise un chien galeux, elle relevait le menton par bravade, ne voulant surtout pas leur montrer qu'elle n'était pas en état de se défendre, de combattre encore.

-"Moi je crois pas! T'es une sale petite gamine a qui la vie n'a pas sourit et qui se venge comme elle peut en détruisant tout ce qu'elle aime, en pourrissant tout ce qu'elle touche juste pour le plaisir que ça confère d'être le maître! Hein?... C'est ça hein?... tu veux pas me répondre?... Ca tombe plutôt bien parce que j'ai pas envie de t'entendre tu vois? Pour l'heure j'ai qu'une envie ...Tu sais ce que j'ai envie de faire Sophie?"

Elle fit non de la tête, Nadine avança d'un pas redoutant qu'il fasse une bêtise. Thomas leva les yeux vers elle, d'un fronçement de sourcils elle comprit qu'il était le maître à bord, que tout ce qu'elle pourrait dire ou faire n'y changerait rien, plus rien...

 

Il pointa son pistolet juste au milieu des sourcils de Sophie, sans trembler, froidement il arma , le déclic morbide dans ce silence lourd, juste la respiration saccadée de Sophie, Nadine fermait les yeux en apnée depuis dejà quelques secondes.

-"T'as exactement trois secondes pour me dissuader de le faire, Sophie! Trois secondes.... Deux secondes... Une seconde!"

Nadine chancelait, Sophie complétement tétanisée, paralysée ne trouvant que la forçe de fermer les yeux.

Il appuya sur la détente.... Clic...Clic...

-"T'es morte Sophie! "

Nadine s'évanouit, Sophie pas très loin d'en faire autant, la sueur lui brûlant les yeux, ne comprenant pas vraiment.

-"Tu vois je peux le faire aussi! Je crois que ça t'aurait libérée non? Plus de soucis la Sophie! Plus de souvenirs non plus! Un repentir en plus! T'aurais peut-être eu ta place au paradis du coup? Bin non!!! Je vais te laisser porter ton bagage jusqu'au bout! Je vais même t'en rajouter un petit kilo! "

 

Sophie muette, complétement perdue, découvrait un nouveau Thomas, sentait que l'heure de la vengeance ne faisait que commencer.

Il fit le tour du canapé pour réveiller Nadine toujours inconsciente sur la moquette, elle reprit ses esprits sitot qu'il posa sa main sur son front, il lui souriait comme si de rien n'était, elle crut un bref instant avoir rêvé, mais non l'autre était toujours assise aussi immobile qu'une statue, seuls ses yeux les poursuivant rappelaient qu'elle était bien vivante.

Il prit une grande inspiration et lui assèna un méchant coup de crosse sur le crâne, elle s'affala lentement en faisant un doux bruit de frottement sur le cuir du canapé.

 

Quelques heures plus tard, Sophie se réveilla avec un méchant mal de tête, elle frissonna le froid de Novembre la mordait cruellement, elle voulut se réchauffer et stupeur découvrit qu'elle était nue comme au premier jour, nue et seule au milieu de nulle part, en pleine campagne, le soleil commençait sa course, la brume se levait, quelques corbeaux lui entonnaient un chant de bienvenue... Elle regardait tout autour, rien que de la jachère à perte de vue, de la terre aussi nue qu'elle, des arbres aux ombres menaçantes, un clocher au loin sonnait... Sophie hurlait sa rage au milieu de rien, au centre de tout, hurlait à s'en arracher les tripes...

 

Un rayon de soleil timide caressait la joue de Nadine, des lèvres se posèrent sur ses paupières, sur son nez, sur sa bouche qu'elle entrouvrit pour l'accueillir pleinement. Elle ouvrit les yeux, Thomas l'embrassa encore et encore... Elle lui caressa les épaules, le dos, descendit encore, il frémit sous ses caresses.

-"Crois-tu que la nuit a porté conseil?"

-"Pour moi oui!"

Lui répondit-elle en remontant les draps sur eux....

 

 

                                                                                                                Fin.

 

Ps: un grand merci posthume à Rory qui m'a bien aidé sur ce coup là! et surtout à Lenaïg sans qui cette histoire n'aurait pas vu l'ombre d'un jour.


Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Monelle 14/08/2011 09:51



Eh ben ! j'ai eu la frousse un moment !! je viens de lire les deux derniers, d'un coup ! si ton roman paru est de la même veine, même si l'histoire est totalement différente,  je suis sûre
qu'il aura un grand succès !


Bravo à toi... c''es Lénaïg qui doit être contente !


Bisous





 



Qu'importe 14/08/2011 10:02



Merci beaucoup Monelle... Je ne sais pas écrire autrement donc je pense qu'il est du même tonneau, le futur me dira si j'ai eu raison ou non! Juste un peu la frousse d'être toute
seule au milieu de mes exemplaires, attendant pleine d'optimisme le stylo à la main et ne voir arriver aucun!  L'impression d'embêter mon petit monde avec mes angoisses perpétuelles, d'avoir
ce besoin irrepressible d'être rassurée sur le fond, sur la forme, sur moi, sur tout! Pénible et franchement casse-pied pour les autres, je le reconnais! bises et à bientôt.



Lenaïg Boudig 10/08/2011 19:21



Mais c'est même un bon scénario pour un téléfilm que tu nous a écrit là, Qu'importe, tous les ingrédients sont réunis pour mettre le feu à la télé, l'été ! En attendant, un superbe feuilleton qui
nous a bien tenus en haleine, une sacrée histoire de vengeance et d'idylle qui commence ! Tant pis pour Sophie, pourvu que cela lui serve de leçon, hi hi, sans oublier que c'est une fiction.


Encore un grand merci et gros bisous !


   



Qu'importe 10/08/2011 22:49



Plus fiction que ça, je peux pas! Sophie s'en tire bien je trouve!!! D'habitude je suis nettement moins clémente. La nouvelle Joshua qui est sur mon blog est là pour l'attester! Jugée
trop expéditive par un éditeur suisse, j'ai décidé de la mettre ici!



Dominique 10/08/2011 08:32



Bonjour Qu'importe ,


Félicitations pour ce Happy- End !


Une belle inspiration et très joliment écrit.


Mes amitiés


Dominique



Qu'importe 10/08/2011 22:42



Merci Dominique.



Lenaïg Boudig 09/08/2011 15:33



Bonjour Qu'importe ! Je te poste mon comm d'hier tel quel, je l'avais sauvegardé.


J'ai du retard dans tout, pas fini la tournée des valises !


Coucou, Qu'importe ! Pardonne-moi, je n'ai pas encore lu ton dernier chapitre, il y a eu un gros bug, général, chez OB et je suis occupée à tenter de nous créer une nouvelle
communauté, qui s'appellera "Feuilletons, histoires à suivre, multiplume ou en solo". J'y ai posté le texte initial, le mien, pour le Nez à nez !


Tu feras comme tu voudras, soit tu continues à poster chez les Croqueurs, soit tu acceptes d'entrer dans cette nouvelle communauté (où, si je réussis, je mettrai les liens qu'il faut pour que
tout se recoupe, bien sûr).


Je t'ai envoyé une invitation à rejoindre cette nouvelle communauté, ainsi qu'à Jill, Monelle, m'annette et Dominique, qui toutes participez à ma grande joie à développer cette histoire. Mais il
faudra peut-être du temps avant que tu la reçoives.


A plus pour te lire tranquillement, bises !



Qu'importe 09/08/2011 14:25



T'es Over....bookée!


Je ne tiens absolument pas rigueur pour ça puiqu'on a tous plus ou moins souffert des mêmes maux, et le retard s'accumule...


Comme déjà posté, j'en suis et suis très fière que tu aies pensé à moi!


C'est vrai que les hommes sont assez frileux sur ce coup là! Ils attendent de voir la suite , à l'âffut comme tout bon chasseur qui se respecte! Dès que je la receptionne, je
postule! à plus!



simeray 09/08/2011 05:00



dommage, déjà fini, j'étais partie pour encore quelques lignes, lol!vivement un prochain défi



Qu'importe 09/08/2011 11:12



Et oui Françoise! Tout a une fin même Sophie!!! Je suis contente que ce petit morceau de bravoure t'ai plu! Il y en aura sans doute d'autres! à bientôt!



jill-bill.over-blog.com 09/08/2011 03:26



Qu'importe tu nous as offert toute une ambiance dans ce nez à nez avec son passé !  Bonne semaine à toi, jill qui a retrouvé la voie des coms... après des heures en bug !  




Qu'importe 09/08/2011 11:16



Houlàlà Jill, mais quelle heure est-il? On s'est croisées, toi te levant moi me couchant! Des heures indues où le silence est propice aux divagations.... Merci pour ton passage plus
que matinal... J'aime beaucoup la tienne aussi, et en éspèrant ne plus avoir ses petits désagrèments pour pouvoir lire la suite tranquillement.... à bientôt.