Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Défi N° 56 de Fanfan

Un soir d'orage, où le bruit du tonnerre se mêlait à un plastiquage près de la maison de Doumé...

1-Pourquoi la porte du frigo est-elle ouverte?

2-Pourquoi y a t-il une chaussure à l'intérieur?

3-Pourquoi le grand-père est-il couché dans l'entrée?

4-Que fait le parapluie dans le lit conjugual?

5-Où est passée la grand-mère?

6-Pourquoi la bouteille est vide?

7-Où sont passées les casseroles?

8-Qui a dit que c'était impossible?

9-Pourquoi Lundi?

10-Que fait le chat chez les voisins?

 

Les voeux de Doumé, ses prières depuis si longtemps envoyées au ciel  allaient elles être enfin exaucées?... Ce soir était peut-être le soir de toutes ses espérances, le ciel grondait, s'obscurcissait violemment, le vent venait de la mer, les nuages roulaient comme des cailloux au fond d'un torrent de montagne, la pluie ne tarderait pas, pourvu que... Pensa Doumé en observant le firmament colérique comme lui, au loin il vit un éclair zébrer le ciel cataclysmique, oh oui c'était pour ce soir! Il se frottait les mains de contentement, un sourire mauvais sur les lèvres, depuis le temps qu'il attendait, qu'il rongeait son frein, qu'il fomentait en priant tous les dieux de la création et bien d'autres encore venus tout droit des enfers surement...

Depuis bientôt quarante ans qu'il vouait une haine féroce à sa femme Donia, quarante ans qu'il supportait sa voix, sa vue, sa famille, contraint de supporter cette harpie pour une dette d'honneur comme seuls les anciens en connaissent. Pour une balle perdue dans le maquis, une balle retrouvée entre les omoplates de l'ainé des Fillipacci, le frêre de Donia. Une balle tout droit sortie du canon du fusil du père Siméoni, un doigt nerveux sur la détente, un cochon irascible débusqué, un autre lui fonçant dessus, de la légitime défense quand on y pense! Et il fallut laver cet affront par l'union de Doumé et Donia et dès lors la haine des deux familles ne fut plus que dans leur couple, et quelle haine mes aïeux!!!

Dès les premiers jours, la guerre fut ouverte, les coups bas faisaient partie intégrante de leur intimité. Elle fut la première à ouvrir le feu ; Tous les jours avant de partir avec les bêtes, elle lui faisait son casse-croùte pour la journée, et tous les jours il se retrouvait avec sa bouteille de vin vide (6) car elle avait percé le fond avec une aiguille chauffée à blanc, trous imperceptibles à l'oeil peu exercé... Rhaaa que de soif il ne pu étancher, que de flot vineux se sont dispersés sur le chemin!...

Pour se venger, pendant qu'elle se trouvait à la messe, il troua toute la batterie de casseroles de la maisonnée (7), elle n'eut d'autre choix que de les jeter en le maudissant sur dix générations.

Depuis son lit de fortune dans l'entrée (3), les années les avaient séparés jusque dans leur couche, ils ne s'en plaignaient ni l'un ni l'autre, n'ayant jamais eu d'autres contacts que la vue, la voix et cela leur déplaisait déjà suffisament.  Bien à l'abri sur son lit de fortune, il regardait au dehors en riant, de grosses gouttes lourdes comme la chaleur d'avant l'orage tombaient maintenant, de plus en plus rapprochées, il se frottait la barbe nerveusement, pourvu que...

Il avait laissé la maison dans le même abandon que son mariage, les tuiles disjointent, le vent, la neige avaient oeuvré pendant des années pour rendre le toit aussi étanche qu'une passoire rouillée, il riait intérieurement d'être bien au chaud et au sec au rez-de-chaussée tandis qu'elle sous la sous-pente devrait encore une fois dormir (4) avec son méchant parapluie sombre et délavé, fatigué de faire office si souvent.

Le tonnerre grondait comme jamais, Pomponette la chatte de la maison, le seul véritable amour de Doumé n'était pas rentrée comme à son habitude, le ciel s'éclairait comme en plein jour dès que la foudre frappait, et le chat n'était pas là! Doumé inquiet avait ouïe-dire de la bouche édentée de son ami Pascal, sur le banc communal, à l'ombre du seul platane de la place poussièreuse devant l'église, juste avant le repas, avant que ne sonne la sortie de la messe, oui, de la bouche de son ami de toujours, de son Pascal octogénaire aussi tordu qu'un cep de vigne, aussi moussu qu'une pierre au fond de la rivière, oui le Pascal lui avait confié que son petit-fils allait ce Lundi même (9) plastiquer la villa du Parisien, son voisin et qu'il fallait pour cela que Doumé prenne toutes les mesures adéquates pour ne pas être blessé!...

Bou Diou!!! et le chat qu'est pas rentré!!! Et comme tout bon chat qui se respecte, elle aime fureter dans les endroits désertés par les humains, se lover sur les marches encore chaudes des vérandas, s'embusquer pour mieux attraper les mulots, surtout chez le voisin!!! (10)

Il est plus de minuit, les éclairs se font plus denses encore, Doumé sait que le petit de Pascal a déjà installé son engin infernal, il sait pertinemment que la bombe de fortune ne va pas tarder à exploser, aura-t-il le temps d'aller chercher Pomponnette avant que l'enfer se déchaine?....

Donia ne pouvant dormir sous son parapluie est descendue se prendre un verre de lait, Doumé met à la hâte son imperméable, Donia ouvre la porte du frigo (1) au moment même où Doumé va pour sortir.

-"Tu va pas aller chercher ce maudit chat! Avec cette pluie, tu le trouveras pas! C'est impossible!(8)"

Elle eut juste le temps de proférer ces paroles au combien prophétiques, qu'une explosion dantesque propulsa le Doumé et ses soixante kilos direct à l'intérieur de la maison, le temps de comprendre qu'elle venait de devenir veuve, elle referma la porte du frigo sur la chaussure du Doumé à l'intérieur!(2)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Aude Terrienne :0010: 31/05/2011 12:01



Non, non, garde la chronologie qui te plaît. Perso, si j'étais toi, je mettrais quand même une note en tête de blog pour avertir les lecteurs de ton mode d'emploi. La plupart du temps, quand je
découvre un blog, je commence par la "fin" qui est je te le concède, le début. Puis je remonte méthodiquement ou au hasard, selon l'épaisseur du "livre". Souvent les blogs perdent leur caractère
initial au fil des pages et les pages du début, quand il y a peu de lecteurs sont très touchantes. 


Bonne journée.


 



Qu'importe 31/05/2011 14:23



Tout à fait d'accord avec toi... Je cours rectifier le tir! merci de t'être attardée encore...



Aude Terrienne :0010: 31/05/2011 09:35



Bonjour,


un peu désorienté en arrivant sur ton blog, je le pensais abandonné puisque le premier article qu'on voit est daté de l'an dernier. Puis j'ai compris qu'il fallait commencer par la fin et j'ai
dévoré ta "participation" au défi. Bravo. Joli ton. Joli style.



Qu'importe 31/05/2011 11:34



Bonjour Aude Terrienne ,


Que répondre?... Les quelques visiteurs échoués sur mes rives se trouvent dans le même désarroi que toi, souvent...


Mais... Quand on prend un livre commence-t-on par la fin?... J'aime pour ma part découvrir le fil, le tissage, la trame avant d'avoir la clé du mystère... Voilà pourquoi je ne peux me
résoudre à le mettre comme la plupart du plus récent au plus ancien...


Merci pour ta remarque, j'en prends toute fois note... Ferais-je alors un autre carnet de route plus accessible.



Alba 30/05/2011 22:35



Le suspense est haletant ! Mais... ya pas de justice !



Qu'importe 30/05/2011 22:53



Et oui... Généralement c'est le gentil qui triomphe à la fin, mais comme les deux ne sont ni gentils, ni foncièrement méchants, que faire dès lors?...



Tricôtine 30/05/2011 22:34



Hou c'est la vendetta en vedette dans cette maison !!!   très bien écrit , j'en suis soufflée par la déflagration
finale !! que de haine , l'accent est mis mais il est grave .. merci Qu'importe c'est dangereusement Polar !!



Qu'importe 30/05/2011 22:56



J'ai triché un peu me suis souvenue du film avec Gabin et Signoret, il n'y avait plus qu'à laisser rouler... Une idée à creuser (hahahaha rire sardonique!) pour le polar! Merci du
conseil Tricôtine. Suis heureuse de mon retour parmi vous et j'espère ne pas avoir trop noirçi le tableau quand même!...



simeray 30/05/2011 15:21



super bien imaginé, je ne m'attendais pas à cette fin, j'aime comme d'hab



Qu'importe 30/05/2011 15:52



Merci ma fan de la première heure...quand tu veux tu nous rejoins, je suis sùre que tu as plein de trucs et autres fariboles à nous conter toi aussi?!!!



fanfan 30/05/2011 14:40



Quelle histoire  terrible!


Une vraie "vendetta" de derrière les fagots!On s'y croirait !


Mais si elle est devenue veuve  , tout va s'arranger !!


 



Qu'importe 30/05/2011 15:53



Merci Capitaine, oui j'espère pour elle un meilleur avenir, enfin ... Il lui faut déjà arranger sa toiture!...



askelia 30/05/2011 14:15



waow, quelle imagination! Pile dans le thème!



Qu'importe 30/05/2011 14:37



Merci Askelia, pas spécialiste des affaires corses j'espère juste avoir été à la hauteur...



Monelle 30/05/2011 13:49



Un récit très bien écrit car jusqu'aux dernières lignes on pense que ce sera Donia la victime... et bien non !!! bravo






Qu'importe 30/05/2011 14:38



Merci Monelle .